MSN Home  |  My MSN  |  Hotmail
Sign in to Windows Live ID Web Search:   
go to MSNGroups 
Free Forum Hosting
 
Important Announcement Important Announcement
The MSN Groups service will close in February 2009. You can move your group to Multiply, MSN’s partner for online groups. Learn More
DianorDianor@groups.msn.com 
  
What's New
  
  Panneau de messages  
  Pictures  
  Liens  
  première page  
  Tantra  
  Lettres à Michel  
  Lettres de Michel  
  Lettres de Michel 2  
  Terra Lucida 1  
  Textes mystiques  
  Épreuves de l'Aspirant Chevalier  
  Michaêl  
  Coeur d'amour spirituel  
  Dossier Michaël 2  
  Dossier Michael 3  
  page Hésiode  
  David  
  Celtes réponse  
  Druides  
  Fête du Samhain  
  Yule  
  Réponse à Eriflor  
  Vendredi Saint  
  Notre-Dame  
  Réponse  
  Où en sommes-nous?  
  Réponse de tothéo  
  Ou en sommes-nous?  
  L'évangile des douze (suite)  
  histoire secrète  
  réponse 1  
  réponse saint Paul  
  réponse saint Paul  
  les manuscrits de la Mer Morte  
  Jérusalem (fin)  
  
  
  Tools  
 

 

Le texte le plus ancien qui tente de montrer comment le monde s'est organisé est celui d'Hésiode qui vivait au VIIIe siècle avant J.-C.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'ouvrage le plus connu, capital, est la célèbre Théogonie, dans laquelle Hésiode essaie d'exposer la naissance de l'univers. Cette théogonie semble mettre en forme les traditions antiques qui jusque-là se transmettaient d'une manière orale. On y trouve un certain nombre d'allusions à la notion de cycles et de l'évolution cyclique de l'humanité, des âges sucessifs qu'a connus la création. En Occident, Hésiode est le premier à écrire sur ces différentes théories.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les cycles sont habituellement représentés par des cercles concentriques, sous la forme d'une spirale. La tradition hindoue fait allusion au cycle d'humanité actuel de 64 800 ans.

Pour lui, au commencement était le chaos. Hésiode explique comment il envisage ce chaos. Ce n'est pas le néant, c'est L'Etre avec un E majuscule, par Essence, où il n'y a rien qu'espace étendue pure, infini sans limite...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De ce texte d'Hésiode ressort une idée métaphysique précieuse qui sera à l'origine de tous les systèmes métaphysiques qui verront le jour après lui. Dans ce principe tout est inclus, mais la création n'est pas encore faite.

De cet Etre principe, chaos primordial, se manifeste, et c'est la première manifestation, l'équivalent du fiat-lux: Gaïa la déesse, dont on trouvera plus tard le nom transposé, mais c'est le même, Géa ou Gê, qui représente non pas la terre, mais la Matière universelle de laquelle tout va découler. C'est une émanation de cet Etre suprême, une base simple, une potentialité.

 

 

 

 

La différence entre Gaia et Rhéa est subtile. En premier lieu se trouve Gaia, la Matière universelle qui était à côté de Dieu avant même la création, avant le "fiat lux". En second lieu, apparaît Rhéa-Cybèle, la Terre Mère, type même de la déesse-mère antique, qui deviendra la "Mère des dieux". Chacune est éternellement vierge, éternellement mère de l'ensemble de la création.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hésiode souligne les différentes étapes cycliques de Gaia qui fait encore partie intégrante de l'Etre suprême. Le positif et le négatif sont encore indifférenciés, absolument androgynes. C'est l'équivalent de la phase de la Genèse où, à côté de Dieu, le principe, qui n'avait encore rien créé, il y avait les Eaux primordiales qui étaient à côté de lui et en lui, et qui n'étaient pas encore extériorisées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Grecs ont été parmi ceux qui ont bien compris que la mer, l'élément eau, était intimement lié à la terre, à la Terre Mère, à Gaïa. La science considère maintenant que la vie la plus primitive est apparue sur la terre au fond des océans. Les Grecs qualifiaient l'océan de père des choses, manière poétique de transcrire une affirmation scientifique.


Puis au deuxième stade, émané directement de cette Gaia, surgit la première création: Ouranos qui deviendra dans la mythologie classique la représentation du ciel. Dans le texte d'Hésiode, les deux termes d'Ouranos et de Gé sont continuellement associés et cela donne R.N.G. On remarque également la racine Our rencontrée en Assyrie.

(image représentant la dualité)

D'Ouranos et de Gaia, dualité positif négatif, attraction répulsion, division organique de l'univers, va naître un troisième personnage, de telle sorte qu'ils formeront une véritable triade. Ce troisième personnage est Eros. Dans le texte d'Hésiode, cela est bien souligné, Eros n'est pas l'amour manifesté, mais le principe même de l'Amour. On peut remarquer une similitude linguistique d'Eros avec Aor.

(image représentant l'Amour-Eros)


La Grèce est inconstestablement un noyau qui a condensé et écrit un certain nombre de traditions qui viennent de la Thrace, de la mer Noire, du Pont-Euxin, de la Crète, de l'Egypte, de l'Asie mineure... Les noms des dieux sont là comme des témoins de connaissances plus anciennes.

Ganymède, l'homme du Verseau, est donné dans la mythologie grecque comme devant verser son urne qui contient l'ambroisie. Ganymède signifie : "celui qui conduit cers la Connaissance": dans ce nom, on trouve les deux consonnes du mot Agni et de gnose, gnosis en grec. C'est la promesse de la révélation qui viendra avec le nouveau cycle.

(photo de Ganymède)